Page précédente

GROSS Charles Marie Armand
    Arbre d'ascendance     Arbre de descendance     Chronogramme
    Père : GROSS Charles François
    Mère : FRANCOIS Delphine Augustine Lea (1880 - 1928) (Age à la naissance de l'enfant : 22 ans)
    Naissance :
          Date : 6 janvier 1903
          Lieu : Bar-sur-Aube Aube France - 10200,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10033
Latitude N48.233333
Longitude E4.716667
    Décès :
          Date : 17 octobre 1986 (83 ans)
          Lieu : Villemomble Seine-Saint-Denis France - 93250,Île-de-France
                Note :
Code INSEE 93077
Latitude N48.883333
Longitude E2.5
    Profession : Comptable
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur
    Information de famille :
          avec GAREL Andrea Marcelle :
                Mariage : Y
                enfants :
                   GROSS André (?)
                   GROSS Marie Thérèse Lea Blanche (?)
                   GROSS Genevieve (?)
                   GROSS Pierre Maurice René (?)
                   GROSS Louis (?)

GROSS Charles Simon
    Arbre d'ascendance     Arbre de descendance     Chronogramme
    Père : GROSS Simon (1808 - 1862) (Age à la naissance de l'enfant : 38 ans)
    Mère : GYSS Marie Elisabeth (1820 - 1859) (Age à la naissance de l'enfant : 25 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Marie Caroline (1848 Obernai - 1848 Obernai)
       GROSS Marie Louise (1849 Obernai - 1849 Obernai)
       GROSS Simon Edouard (?)
    Naissance :
          Date : 5 novembre 1846
          Lieu : Obernai Bas-Rhin France - 67210,Alsace
                Note :
Code INSEE 67348
Latitude N48.466667
Longitude E7.483333
    Décès :
          Date : 2 novembre 1927 (80 ans)
          Lieu : Obernai Bas-Rhin France - 67210,Alsace
                Note :
Code INSEE 67348
Latitude N48.466667
Longitude E7.483333
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur
    Information de famille :
          avec HAERINGER Sophie (1848 - 1922) :
                Mariage :
                      Date : 15 septembre 1873 (26 ans)
                      Lieu : Obernai Bas-Rhin France - 67210,Alsace
                            Note :
Code INSEE 67348
Latitude N48.466667
Longitude E7.483333
                enfants :
                   GROSS Marie Elisabeth Sophie (?)
                   GROSS Marie Agathe Josephine (?)
                   GROSS Eugène Jacob (?)
                   GROSS Marie Sophie Joséphine (?)
                   GROSS Charles Joseph (?)
                   GROSS Charles (?)

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Mère : GROSS Francoise (1824) (Age à la naissance de l'enfant : 21 ans)
    Naissance :
          Date : 30 juin 1845
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant naturel
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Louis (1813 - 1862) (Age à la naissance de l'enfant : 29 ans)
    Mère : SCHUTZ Françoise (1818) (Age à la naissance de l'enfant : 25 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Joseph (1846 Grendelbruch)
       GROSS Louis (1848 Grendelbruch)
       GROSS Thérèse (1849 Grendelbruch)
       GROSS Hélène (1852 Grendelbruch)
       GROSS Aloise (1854 Grendelbruch)
       GROSS Françoise (1856 Grendelbruch)
       GROSS Fridolin (1858 Grendelbruch - 1956 Fiac)
       GROSS François Xavier (1861 Grendelbruch - 1861 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 3 novembre 1843
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Antoine (1792 - 1861) (Age à la naissance de l'enfant : 31 ans)
    Mère : ARNICH Marie Anne (1793) (Age à la naissance de l'enfant : 30 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Catherine (1816 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1818 Grendelbruch - 1820 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1820 Grendelbruch - 1823 Grendelbruch)
       GROSS Françoise (1823 Grendelbruch - 1823 Grendelbruch)
       GROSS Michel (1826 Grendelbruch)
       GROSS Nicolas Joseph (1828 Grendelbruch - 1829 Grendelbruch)
       GROSS Nicolas (1831 Grendelbruch - 1831 Grendelbruch)
       GROSS Marie Anne (1833 Grendelbruch)
       GROSS Jean Louis (1834 Grendelbruch - 1858 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1836 Grendelbruch - 1837 Grendelbruch)
       GROSS Florent (1837 Grendelbruch - 1838 Grendelbruch)
       GROSS Philippine Joséphine (1839 Grendelbruch - 1846 Grendelbruch)
       GROSS Joseph Antoine (1841 Grendelbruch)
       GROSS Léon (1842 Grendelbruch - 1843 Grendelbruch)
       GROSS Reine (1843 Grendelbruch)
       GROSS Célestine (1844 Grendelbruch - 1844 Grendelbruch)
       GROSS Léon Edouard (1845 Grendelbruch - 1855 Grendelbruch)
       GROSS Edouard Jacques (1857 Grendelbruch - 1857 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 28 mai 1824
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Anselm (1802 - 1857) (Age à la naissance de l'enfant : 43 ans)
    Mère : HENNY Richarde (1808) (Age à la naissance de l'enfant : 37 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS André (1831 Grendelbruch)
       GROSS Jean Joseph (1834 Grendelbruch)
       GROSS Françoise (1837 Grendelbruch - 1837 Grendelbruch)
       GROSS Michel (1838 Grendelbruch - 1842 Grendelbruch)
       GROSS Amand (1841 Grendelbruch - 1841 Grendelbruch)
       GROSS Michel (1842 Grendelbruch)
       GROSS Françoise (1847 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 6 août 1845
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Michel (1826) (Age à la naissance de l'enfant : 32 ans)
    Mère : JEROME Marie Véronique (1831) (Age à la naissance de l'enfant : 28 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Charles Albert (1853 Grendelbruch - 1854 Grendelbruch)
       GROSS Albert Jean Baptiste (1857 Grendelbruch - 1857 Grendelbruch)
       GROSS Michel (1858 Grendelbruch - 1923 Grendelbruch)
       GROSS Guillaume (1862 Grendelbruch - 1862 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 9 juillet 1859
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Décès :
          Date : 7 août 1859
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Michel (1858 - 1923) (Age à la naissance de l'enfant : 31 ans)
    Mère : MICHEL Virginie (1857 - 1935) (Age à la naissance de l'enfant : 32 ans)
    Naissance :
          Date : 1889
    Décès :
          Date : 1903 (14 ans)

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Eugène Jacob
    Mère : MEYER Flore Marie Alphonsine
    Freres/Soeurs :
       GROSS Jean Pierre (?)
       GROSS Paul Louis Victor (?)
       GROSS Marcel (?)
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur
    Information de famille :

GROSS Charles
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Charles Simon (1846 - 1927)
    Mère : HAERINGER Sophie (1848 - 1922)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Marie Sophie Joséphine (?)
       GROSS Marie Agathe Josephine (?)
       GROSS Marie Elisabeth Sophie (?)
       GROSS Eugène Jacob (?)
       GROSS Charles Joseph (?)
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Chrétien
    Arbre d'ascendance
    Mère : GROSS Catherine (1789 - 1835) (Age à la naissance de l'enfant : 38 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Charité (1814 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 23 janvier 1828
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Décès :
          Date : 25 janvier 1828
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant naturel
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Chrétien
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Francois (1724 - 1775) (Age à la naissance de l'enfant : 39 ans)
    Mère : LEHN Agnès
    Freres/Soeurs :
       GROSS Sebastien (1755 Grendelbruch - 1804 Grendelbruch)
       GROSS Antoine (1758 Grendelbruch - 1758 Grendelbruch)
       GROSS François Joseph (1761 Grendelbruch - 1813 Grendelbruch)
       GROSS Anne Marie (1766 Grendelbruch - 1768 Grendelbruch)
       GROSS (1770 Grendelbruch)
       GROSS Catherine (1771 Grendelbruch - 1818 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 23 décembre 1763
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Décès :
          Date : 1 avril 1792 (28 ans)
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
          Brother IND : GROSS Sebastien
          Brother IND : GROSS François Joseph
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Chrétien
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Francois (? - 1751)
    Mère : LEHN Catherine (? - 1756)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Marie Barbe (1732 Grendelbruch - 1759 Grendelbruch)
       GROSS Antoine (1737 Grendelbruch - 1791 Grendelbruch)
       GROSS Valentin (1739 Grendelbruch - 1782 Grendelbruch)
       GROSS François (1741 Grendelbruch - 1745 Grendelbruch)
       GROSS Pierre (1744 Grendelbruch)
       GROSS Anne Marie (1747 Grendelbruch - 1814 Grendelbruch)
       GROSS Marie Salomée (1750 Grendelbruch)
       GROSS Marie (?)
       METZIGER Catherine (? - 1781)
    Naissance :
          Date : 13 décembre 1734
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Christine
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Inconnu
Contemporain
    Information de famille :

GROSS Claire
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Joseph (1697 - 1772) (Age à la naissance de l'enfant : 57 ans)
    Mère : PROVOT Marie Anne (? - 1789)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Marie Salomée (1732 Grendelbruch - 1779 Grendelbruch)
       GROSS Gertrude (1739 - 1767 Grendelbruch)
       GROSS Anne Marie (1742 Grendelbruch - 1782 Grendelbruch)
       GROSS Anne (1744 Grendelbruch)
       GROSS Sébastien (1747 Grendelbruch - 1808 Grendelbruch)
       GROSS Mort Né (1749 Grendelbruch - 1749 Grendelbruch)
       GROSS Marie Claire (1751 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 27 août 1754
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Décès :
          Date : 29 août 1754
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime

GROSS Clémence Marie
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Jacob (1853) (Age à la naissance de l'enfant : 26 ans)
    Mère : HAIOT Ambroisine Augustine Marie Joséphine (1856) (Age à la naissance de l'enfant : 23 ans)
    Freres/Soeurs :
       HAIOT Auguste Jules (1874 Troyes)
       GROSS Léon Nicolas (1876 Troyes - 1876 Troyes)
       GROSS Jacob Ambroisine (1879 Troyes)
    Naissance :
          Date : 10 février 1880
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Naissance de Clémence Marie GROSS le 12 février 1880 à Troyes
L'an mil huit cent quatre vingt, le douze février à onze heures du matin par devant nous ? Arsène BICHE adjoint au maire de la ville de Troyes (Aube), délégué pour remplir les fonctions d'officier de l'état civil, a comparu Jacob GROSS, bonnetier âgé de vingt sept ans, demeurant à Troyes rue Saint Augustin, 3, lequel nous a présenté un enfant de sexe féminin, né en son domicile avant hier à quatre heures du matin du mariage qu'il a contracté à Troyes le vingt neuf Juin mil huit cent soixantequinze avec Ambroisine Augustine Marie Joséphine HAIOT, bonnetière, âgée de vingt trois ans, auquel enfant il déclare donner les prénoms de Clémence Marie. Les dites déclaration et présentation faites en présence de Messieur Auguste GANTET, bonnetier, âgé de trente six ans, demeurant à Troyes rue grande Tannerie 64, et Armand MARICOT, aussi bonnetier âgé de vingt six ans, demeurant au dit Troyes, rue de la Pierre, 11; Lecture faite du présent acte le déclarant et les témoins l'ont signé avec nous./.
Signatures
GANTET MARICOT GROSS BICHE
Note en marge
Par acte en date du trente septembre mil neuf cent deux inscrit à la Mairie de Troyes, Clémence Marie GROSS dont la naissance est constatée dans l'acte ci-contre a contracté mariage avec Baltahzard Gustave LANG
Dont mention faite par nous officier de l'état civil délégué le 30 septembre mil neuf cent deux
Signature
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 12/31/2004 à 3:37:48 PM
                Doc : gross_clemence_marie_1880_847.jpg

                  gross_clemence_marie_1880_847.jpg
          Registry officer IND : BICHE Arsène
          Father IND : GROSS Jacob
          Témoin IND : GANTET Auguste
          Témoin IND : MARICOT Armand
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Madame
    Information de famille :
          avec LANG Balthazard Gustave :
                Mariage :
                      Date : 30 septembre 1902 (22 ans)
                      Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                            Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333

GROSS Clémence
    Naissance :
          Date : 12 février 1879
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333

GROSS Clotilde
    Arbre d'ascendance     Arbre de descendance
    Père : GROSS André
    Mère : GERVAIS Noelle
    Freres/Soeurs :
       GROSS Alexandre (?)
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Information de famille :
        enfants (Filiation Enfant légitime) :
           COOPER Basil (?)
           COOPER Adèle (?)

GROSS Crésence
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Georges (1765 - 1833) (Age à la naissance de l'enfant : 34 ans)
    Mère : LEHN Marie Anne (1764) (Age à la naissance de l'enfant : 34 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Nicolas (1791 Grendelbruch - 1793 Grendelbruch)
       GROSS Therèse (1794 Grendelbruch - 1847 Grendelbruch)
       GROSS Amand (1807 Grendelbruch - 1807 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 22 juin 1799
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Décès :
          Date : 22 octobre 1831 (32 ans)
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Madame
    Information de famille :
          avec BACHOFFNER Valentin (1800) :
                Mariage :
                      Date : 20 novembre 1822 (23 ans)
                      Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                            Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667

GROSS Denis
    Arbre d'ascendance     Arbre de descendance
    Père : GROSS Jean Pierre
    Mère : MARCHAL Alice
    Freres/Soeurs :
       GROSS Jean Paul Eugène (?)
       GROSS Françis (?)
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur
    Information de famille :
          avec LEHN Lucie :
                Mariage : Y
                enfant :
                   GROSS Steve (?)

GROSS Edouard Jacques
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Antoine (1792 - 1861) (Age à la naissance de l'enfant : 64 ans)
    Mère : SCHWANGER Marie Anne (1813) (Age à la naissance de l'enfant : 43 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Catherine (1816 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1818 Grendelbruch - 1820 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1820 Grendelbruch - 1823 Grendelbruch)
       GROSS Françoise (1823 Grendelbruch - 1823 Grendelbruch)
       GROSS Charles (1824 Grendelbruch)
       GROSS Michel (1826 Grendelbruch)
       GROSS Nicolas Joseph (1828 Grendelbruch - 1829 Grendelbruch)
       GROSS Nicolas (1831 Grendelbruch - 1831 Grendelbruch)
       GROSS Marie Anne (1833 Grendelbruch)
       GROSS Jean Louis (1834 Grendelbruch - 1858 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1836 Grendelbruch - 1837 Grendelbruch)
       GROSS Florent (1837 Grendelbruch - 1838 Grendelbruch)
       GROSS Philippine Joséphine (1839 Grendelbruch - 1846 Grendelbruch)
       GROSS Joseph Antoine (1841 Grendelbruch)
       GROSS Léon (1842 Grendelbruch - 1843 Grendelbruch)
       GROSS Reine (1843 Grendelbruch)
       GROSS Célestine (1844 Grendelbruch - 1844 Grendelbruch)
       GROSS Léon Edouard (1845 Grendelbruch - 1855 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 24 juillet 1857
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Décès :
          Date : 14 septembre 1857
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Edouard
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Joseph (1820) (Age à la naissance de l'enfant : 27 ans)
    Mère : GROSS Marie Anne (1820) (Age à la naissance de l'enfant : 26 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Thérèse (1846 Grendelbruch - 1846 Grendelbruch)
       GROSS Marie Thérèse (1849 Grendelbruch)
       GROSS Jean Louis (1851 Grendelbruch)
       GROSS Françoise (1853 Grendelbruch)
       GROSS Joséphine (1855 Grendelbruch)
       GROSS Joseph (1858 Grendelbruch)
       GROSS Régine (1860 Grendelbruch - 1860 Grendelbruch)
    Naissance :
          Date : 23 mai 1847
          Lieu : Grendelbruch Bas-Rhin France - 67190,Alsace
                Note :
Code INSEE 67167
Latitude N48.5
Longitude E7.316667
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Edouard
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Jean (1810 - 1867) (Age à la naissance de l'enfant : 25 ans)
    Mère : LEHN Madeleine
    Freres/Soeurs :
       GROSS Henry (1834 Obernai)
       GROSS Jean Baptiste (1837 Obernai)
       GROSS Marie Joséphine (1839 Obernai)
       GROSS Auguste (1840 Obernai)
       GROSS Marie Madeleine (1844 Obernai)
       GROSS Charles Adolf (1845 Obernai)
       GROSS Eugène (1851 Obernai)
    Naissance :
          Date : 12 août 1835
          Lieu : Obernai Bas-Rhin France - 67210,Alsace
                Note :
Code INSEE 67348
Latitude N48.466667
Longitude E7.483333
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Elisabeth
    Arbre d'ascendance     Arbre de descendance     Chronogramme
    Père : GROSS Michel (1814 - 1875) (Age à la naissance de l'enfant : 37 ans)
    Mère : ALTHERR Elisabeth (1814 - 1875) (Age à la naissance de l'enfant : 37 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Catherine (1844 Dittweiler - 1859 Troyes)
       GROSS Nicolas (1847 Montiers-sur-Saulx - 1900 Troyes)
       GROSS Jacob (1853 Deux Ponts)
       GROSS Anne (1856 Troyes)
       GROSS Catherine (1860 Troyes - 1861 Troyes)
    Naissance :
          Date : autour de 1851
          Lieu : Dittweiler Rhénanie-Palatinat Allemagne - Bayern
    Décès :
          Date : après 1899 (48 ans)
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Madame
    Information de famille :
          avec BOURGEOIS Louis Napoléon (1850 - 1899) :
                Mariage :
                      Date : 29 septembre 1876 (25 ans)
                      Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                            Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
                enfant :
                   GROSS Marie (1874 Troyes)
        enfant (Filiation Enfant naturel) :
           GROSS Catherine (1871 Troyes)

GROSS Elisabeth
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Jacob (1811 - 1870) (Age à la naissance de l'enfant : 40 ans)
    Mère : ALTHERR Marguerite (1812 - 1870) (Age à la naissance de l'enfant : 39 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Jakob (1838 Dittweiler)
       GROSS Maria (Anna?) (1839 Dittweiler - 1864 Troyes)
       GROSS Katharina (1841 Dittweiler)
       GROSS Jakob (1843 Dittweiler)
       GROSS Jakob (1846 Dittweiler)
       GROSS Anna Maria (1848 Dittweiler - 1870 Troyes)
       GROSS Jean (1857 Troyes)
    Naissance :
          Date : autour de 1851
          Lieu : Dittweiler Rhénanie-Palatinat Allemagne - Bayern
    Profession : Ouvrière en filature à Troyes
          Date : 1867 (16 ans)
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
    Décès :
          Date : 22 mai 1867 (16 ans)
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Acte de décès de Elisabeth GROSS âgée de 15 ans 7 mois le 22 Mai 1877 à Troyes
L'an mil huit cent soixante dix sept le vingt deux mai à neuf heures du matin, par devant nous Abraham FERAS adjoint à la Mairie de Troyesdélégué par M. Le Maire pour exercer les fonctions de l'état civil, sont comparus les sieurs Jacob GROSS Terrassier, âgé de cinquante cinq ans, demeurant Troyes impasse Saint Denis N°6, Jean FOUX terrassier âgé de trente six ans, demeurant au dit Troyes rue de la petite courtine N°3, le premier père le second ami de la décédée, lesquels nous ont déclaré que ce matin deux heures Elisabeth GROSS, ouvrière de filature âgée de quinze ans sept mois, née à Dittweiller (Bavière), célibataire fille du dit Jacob GROSS et de Marguerite ALTHER son épouse âgée de cinquante cinq ans, est décédée au domicile de son père et le décès a été constaté. Et ont les déclarants signé avec nous le présent acte de décès lecture faite.
A FERAS (?)
Jacob GROSS
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 3/30/2006 à 1:30:09 PM
                Doc : gross_elisabeth_1851_1550.jpg

                  gross_elisabeth_1851_1550.jpg
          Registry officer IND : FERAS Abraham
          Family's friend IND : FOUX Jean
          Father IND : GROSS Jacob
    Note :
Filiation Enfant légitime

GROSS Elisabetha
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Nikolaus (1823) (Age à la naissance de l'enfant : 24 ans)
    Mère : SOMMER Elisabetha (1823) (Age à la naissance de l'enfant : 24 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Jakob (1849 Dittweiler)
       GROSS Jakob (1850 Dittweiler)
    Naissance :
          Date : 20 juillet 1847
          Lieu : Dittweiler Rhénanie-Palatinat Allemagne - Bayern
    Note :
Filiation Enfant légitime

GROSS Elisabetha
    Arbre d'ascendance
    Père : GROSS Andréas (1809) (Age à la naissance de l'enfant : 35 ans)
    Mère : SCHULZ Anna Maria (1812) (Age à la naissance de l'enfant : 32 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Margaretha (1833 Dittweiler)
       GROSS Katharina (1834 Dittweiler)
       GROSS Jakob (1836 Dittweiler)
       GROSS Johanner Peter (1838 Dittweiler)
       GROSS Martin (1840 Dittweiler)
       GROSS Karl (1842 Dittweiler)
       GROSS Adolf (1848 Dittweiler)
       GROSS Karolina (1849 Dittweiler)
    Naissance :
          Date : 9 février 1845
          Lieu : Dittweiler Rhénanie-Palatinat Allemagne - Bayern
    Note :
Filiation Enfant légitime

GROSS Elise Ambroisine Jeanne
    Naissance :
          Date : 9 décembre 1879
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333

GROSS Emile Alexis
    Arbre d'ascendance
    Mère : GROSS Anne (1856) (Age à la naissance de l'enfant : 19 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Emile (1876 Troyes - 1957 Troyes)
    Naissance :
          Date : 27 septembre 1875
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Acte de naissance d’Emile Alexis GROSS, garçon naturel, le 27 sept septembre 1875 à Troyes.
L'an mil huit cent soixante quinze, le vingt sept septembre à l'heure de midi, par devant nous François ? DENOUVILLIERS adjoint à la Mairie de Troyes (Aube) délégué par M. le Maire pour exercer les fonctions d'officier de l'état civil est comparue Eugénie BRAUX femme DARD sage femme âgée de quarante ans, demeurant a Troyes rue Robert laquelle nous a déclaré que avant hier a une heure du matin Anna GROSS, couseuse âgée de dix neuf ans, née à Troyes y demeurant rue perdue N19 est accouchée en son domicile d'un enfant du sexe masculin qu'elle nous présente et auquel elle désire donner le prénom de Emile Alexis; Les dites déclaration et présentation faites en présence des sieurs Fréderic MOUTARD boulanger âgé de trente neuf ans demeurant a Troyes rue Urbain IV, Theodore GIBEG, marchand âgé de cinquante huit ans demeurant à Troyes rue de la cité lesquels et la déclarante ont signé avec nous l'acte de naissance lecture faite.
Signatures
MOUTARD E. BRAUX GIBEG Louis DENOUVILLIERS
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 5/10/2006 à 4:15:22 PM
                Doc : gross_emile_alexis_1875_1577.jpg

                  gross_emile_alexis_1875_1577.jpg
          Registry officer IND : DENOUVILLIERS Francois
          Doctor IND : BRAUX Eugénie
          Témoin IND : MOUTARD Frederic
          Témoin IND : CIBEG Théodore
    Décès :
          Date : 1 octobre 1875
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
    Note :
Filiation Enfant naturel
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Emile Georges
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Nicolas (1847 - 1900) (Age à la naissance de l'enfant : 26 ans)
    Mère : GAECHTER Balbine (1849 - 1902) (Age à la naissance de l'enfant : 25 ans)
    Freres/Soeurs :
       GAECHTER Jules Nicolas (1873 Troyes - 1915 Carency)
       GROSS Louis Fernand (1877 Troyes - 1878 Troyes)
       GROSS Georges (1882 Troyes)
       GROSS Inconnue (?)
    Naissance :
          Date : 25 octobre 1874
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Acte de naissance d’Emile Georges GROSS garçon naturel reconnu, le 25 octobre 1874 à Troyes.
L'an mil huit cent soixante quatorze le vingt cinq octobre à neuf heures du matin par devant nous Jean Hippolyte HOGUAIS adjoint au Maire de Troyes (Aube) délégué par M. le Maire pour exercer les fonctions d'officier de l'état civil est comparu le sieur Nicolas GROSS, marbrier, âgé de vingt sept ans demeurant à Troyes rue des deux paroisses n10, lequel nous a déclaré que hier à neuf heures du matin Balbine GAECHTER, couseuse, âgée de vingt cinq ans née à Reguisheim (Haut Rhin), demeurant à Troyes rue des deux paroisses n10 est accouchée en son domicile d'un enfant du sexe masculin qu'il nous présente et auquel il désire donner les prénoms de Emile Georges , se reconnaissant pour être le père de l'enfant et l'avoir de la dite Balbine GAECHTER; les dites déclaration et présentation faites en présence des sieurs Ambroise GRANDJEAN, marbrier âgé de cinquante deux ans, demeurant à Troyes rue du Prince Joseph, Victor BAUDET ? âgé de trente ans, demeurant au dit Troyes, rue du bois d?, lesquels et le père de l'enfant ont signe avec nous le présent acte de naissance lecture faite
Signatures
GROSS GRANDJEAN BAUDET HOGUAIS
En marge 1
Par leur mariage célébré à Troyes le 30 janvier 1875, Nicolas GROSS et Balbine GAECHTER ont légitimé l'enfant dont la naissance est constatée ci contre
Troyes 7 Février 1875
Le conseiller municipal faisant fonction d'officier
Signature
En marge 2
Par acte en date du 8 Novembre 1902 inscrit a la mairie de Troyes, Emile Georges GROSS dont la naissance est constatée dans l'acte ci contre à contracté mariage avec Elie Berthe LAMPOIGNARD./.
Dont mention faite par nous officier de l'état civil délégué le 8 novembre 1902./.
Signature
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 5/10/2006 à 3:49:49 PM
                Doc : gross_emile_georges_1874_1570.jpg

                  gross_emile_georges_1874_1570.jpg
          Registry officer IND : HOGUAIS Jean Hippolyte
          Father IND : GROSS Nicolas
          Témoin IND : GRANDJEAN Ambroise
          Témoin IND : BAUDET Victor
    Domicile :
          Date : 1902 (28 ans)
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
Lieu 6, rue des deux Paroisses
    Profession : Bonnetier à Troyes
          Date : 1902 (28 ans)
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Préfixe ou titre : Monsieur
    Information de famille :
          avec LAMPOIGNARD Elia Berthe (1881) :
                Mariage :
                      Date : 8 novembre 1902 (28 ans)
                      Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                            Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
                      Note :
Mariage de Emile GROSS et Berthe LAMPOIGNARD le 8 novembre 1902 à Troyes
L'an mil neuf cent deux le huit novembre à neuf heures et demie du matin; par devant nous Louis Victor BERTHELOT, premier adjoint au Maire de la ville de Troyes (Aube), délégué pour remplir les fonctions d'officier de l'état civil, ont comparu en la salle publique de l'hôtel de ville Monsieur Emile Georges GROSS, bonnetier, âgé de vingt huit ans, étant né à Troyes le vingt cinq octobre mil huit cent soixante quatorze, ainsi qu'il en résulte de son acte de naissance que nous nous sommes fait représenter, demeurant au dit Troyes rue des deux Paroisses, 6, avec sa mère, majeur fils de feu Nicolas GROSS, décédé marbrier à Troyes, le douze juin mil neuf cent, ainsi que cela résulte de son acte de décès que nous nous sommes fait représenteret de Balbine GAECHTER, sa veuve, sans profession, âgée de cinquante trois ans, ci présente et consentante, d'une part et mademoiselle Elia Berthe LAMPOIGNARD, sans profession, âgée de vingt un ans, étant née à Sermaize (Marne) le premier novembremil huit cent quatre vingt un ainsi qu'il en résulte de son acte de naissance ci-annexé, demeurant à Troyes rue Surgalle?, 25, avec ses père et mère, mineure, fille de Marcel Ladislas LAMPOIGNARD jardinier âgé de cinquante deux ans et de Marie Angeline GEORGES son épouse, sans profession, âgée de cinquante trois ans tous deux ci-présents et consentants d'autre part. Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux, dont les publications ont été faites et affichées devant la principale porte de notre maison commune, les dimanches dix neuf et vingt six octobre dernier, à l'heure de midi. Aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifiée faisant droit à leur réquisition, après avoir donné lecture de toutes les pièces ci-dessus mentionnées et du chapitre six du titre du code civil intitulé: Du Mariage, la pièce ci-annexée ayant été paraphée par nous et par la comparante, et après que sur notre interpellation les futurs époux, la mère del'époux et les père et mère de l'épouse nous ont déclaré que Monsieur GROSS et Mademoiselle LAMPOIGNARD n'ont passé aucun contrat de mariage, avons demandé aux futurs époux s'ils veulent se prendre pour mari et pour femme; chacun d'eux ayant répondu séparement et affirmativement, déclarons au nom de la loi que Monsieur Emile Georges GROSS et Mademoiselle Elia Berthe LAMPOIGNARD sont unis par le mariage. Dont acte dressé en présence de Monsieur Edouard Jules PREVOST, bonnetier, âgé de vingt neuf ans, demeurant à Troyes, rue des deux Paroisses, 1, beau-frère de l'époux, Edouard MONTENON, bonnetier, âgé de trente un ans, demeurant au dit Troyes, rue des Trois Ormes, 18, non parent des époux, Paul Charles LAMPOIGNARD, réguleur, âgé de vingt quatre ans, demeurant en cette ville, rue Durgale, 25, frère de l'épouse, et Joseph GASCHY, confiseur, âgé de vingt cinq ans, demeurant à troyes, Place Saint Nizier, 41, non parent des époux; Lecture faite du présent acte de mariage, les époux,la mère de l'époux, les père et mère de l'épouse et les témoins l'ont signé avec nous./.
Signatures
GROSS Balbine GAECHTER
Angeline GEORGES Joseph GASCHY
PREVOST M LAMPOIRNARD
MONTENON LAMPOIGNARD
Paul LAMPOIGNARD BERTHELOT
                      Multimedia associé : :
                            Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                            Titre : Image enregistrée le : 5/11/2006 à 3:08:26 PM
                            Doc : gross_emile_georges_1874_1575.jpg

                              gross_emile_georges_1874_1575.jpg
                      Registry officer Famille : BERTHELOT Louis Victor
                      Family's member Famille : PREVOST Jules
                      Family's friend Famille : MONTENON Edouard
                      Family's friend Famille : GASCHY Joseph
                      Mother Famille : GAECHTER Balbine
                      Mother Famille : GEORGES Marie Angeline
                      Father Famille : LAMPOIGNARD Marcel Ladislas
                      Brother Famille : LAMPOIGNARD Paul Charles

GROSS Emile
    Arbre d'ascendance
    Mère : GROSS Marie Anne Edmée (1850) (Age à la naissance de l'enfant : 21 ans)
    Naissance :
          Date : 7 février 1872
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Acte de naissance d’Emile GROSS le 7 février 1872 à Troyes.
414 garçon naturel
L'an mil huit cent soixante douze le sept février deux heures du soir, par devant nous Jean Hippolyte HOGUAIS adjoint à la mairie de Troyes (Aube) délégué par M le Maire pour exercer les fonctions d'officier de l'état civil est comparue Eugénie BRAUX, femme DARD, sage femme, âgée de quarante ans, demeurant à Troyes rue Foubert, laquelle nous a déclaré que hier à neuf heures du soir, Marie Anne GROSS, couturière, âgée de vingt deux ans, née a Troyes y demeurant rue Grande Tannerie N80, est accouchée en son domicile d'un enfant du sexe masculin qu'elle nous présente et auquel ? ? donner les prénoms de Emile; Les dites déclarations et présentations faites en présence des sieurs Joseph HENRY chef de bureau, âgé de quarante six ans demeurant a Troyes rue de ? Armand ANTOINE garçon de bureau âgé de trente six ans, demeurant au dit Troyes rue de la petite tannerie lesquels et la déclarante ont signé avec nous le présent acte de naissance lecture faite.
Signatures
E.B. HENRY HOGUAIS
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 3/30/2006 à 2:12:02 PM
                Doc : gross_emile_1872_1553.jpg

                  gross_emile_1872_1553.jpg
          Registry officer IND : HOGUAIS Jean Hippolyte
          Doctor IND : BRAUX Eugénie
          Témoin IND : HENRY Joseph
          Témoin IND : ANTOINE Armand
    Note :
Filiation Enfant naturel
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Emile
    Naissance :
          Date : 26 mars 1890
          Lieu : Paris France - Paris-19e--Arrondissement,75019,Île-de-France
                Note :
Code INSEE 75119
Latitude N48.866667
Longitude E2.333333
    Décès :
          Date : 28 novembre 1914 (24 ans)
          Lieu : Cherbourg-Octeville Manche France - 50100,Basse-Normandie
                Note :
Code INSEE 50129
Latitude N49.65
Longitude W1.65
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 4/8/2004 à 10:27:05 AM
                Doc : gross_emile_1890_348.jpg

                  gross_emile_1890_348.jpg
    Note :
MPLF
Source Mémoire des hommes
Soldat 2ème classe 8ème bataillon de chasseurs à pied.
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Emile
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Mère : GROSS Anne (1856) (Age à la naissance de l'enfant : 20 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Emile Alexis (1875 Troyes - 1875 Troyes)
    Naissance :
          Date : 28 novembre 1876
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Naissance de Emile Gross (1000)
L’an mil huit cent soixante seize, le vingt neuf novembre à onze heures du matin, par devant nous ???? ???? BIELES adjoint à la Mairie de Troyes (aube) délégué par M le Maire pour exercer la fonction d’officier de l’Etat civil, est comparue : AnneDEMY, femme DIOCHIN, sage femme âgée de soixante et un ans demeurant à Troyes, Cours St Jacques, laquelle nous a déclaré que, hier à deux heures du soir, Anne GROSS âgée de vingt ans, couseuse, née à Troyes, y demeurant rue de la Petite Courtine 14 est accouchée en son domicile d’un enfant du sexe masculin, qu’elle nous présenté et auquel elle déclare donner le prénom de Emile. Lesdites déclaration et présentation faites en présence des Sieurs, Jules EMILE, bonnetier, âgé de trente sept ans, demeurant à Troyes rue Grande Tannerie, Ferdinand MOROT, mécanicien, âgé de cinquante ans demeurant audit Troyes, impasse St Denis. Lesquels et la déclarante ont signé avec nous le présent acte de naissance lecture faite.
Signatures.
Jules EMILE MOROT BIELES ?
DEMY
Note en marge 1:
Par acte dressé à la Mairie de Troyes le ?? mai 1878 Anne Gross a reconnu pour son fils naturel l’enfant dont la naissance est décrite ci-contre.
Troyes, le 24 mai 1878.
Le Maire
Note en marge 2:
Décédé à Troyes le 8 juillet 1957.
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 4/7/2004 à 6:06:28 PM
                Doc : gross_emile_1876_321.jpg

                  gross_emile_1876_321.jpg
          Registry officer IND : RIELES
          Doctor IND : DEMY Anne
          Family's friend IND : EMILE Jules
          Family's friend IND : MOROT Ferdinand
    Décès :
          Date : 8 juillet 1957 (80 ans)
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
    Note :
Filiation Enfant naturel
    Préfixe ou titre : Monsieur

GROSS Emile
    Arbre d'ascendance     Chronogramme
    Père : GROSS Casimir Emile Arsène (16) (1851 - 1891) (Age à la naissance de l'enfant : 30 ans)
    Mère : JEROME Marie Sophie Valérie (17) (1857 - 1926) (Age à la naissance de l'enfant : 24 ans)
    Freres/Soeurs :
       GROSS Louise Alix (1875 Troyes)
       GROSS Fernand Gaston (8) (1879 Troyes - 1938 Montévrain)
       GROSS Aline Madeleine (1887 - 1921)
       GROSS Sadie (?)
       GROSS (? - 1916)
    Naissance :
          Date : 26 mai 1881
          Lieu : Troyes Aube France - 10000,Champagne-Ardenne
                Note :
Code INSEE 10387
Latitude N48.3
Longitude E4.083333
          Note :
Naissance de Emile GROSS
Acte (521)
L’an mil huit cent quatre vingt un, le vingt huit mai à cinq heures du soir, par devant nous Eugène BOULLIER, avocat, adjoint au Maire de la Ville de Troyes (aube) délégué pour remplir les fonctions d’officier de l’Etat civil a comparu : Casimir Emile Arsène GROSS, tourneur en fer, âgé de trente ans, demeurant à Troyes, rue de la Grande Tannerie 11, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin né en son domicile avant-hier à quatre heures du soir, du mariage qu’il a contracté à Troyes, le vingt décembre mil huit cent soixante treize, avec Marie Sophie Valérie JEROME, couseuse, âgée de vingt quatre et auquel enfant il déclare donner le prénom de Emile ; lesdites déclarations et présentations faites en présence de Monsieur Emile DECHAUNE ( ?), serrurier, âgé de trente deux ans, demeurant à Troyes, rue de la Grande Tannerie, 42, et Edouard HOCHWYLER, ajusteur, âgé de trente sept ans demeurant audit Troyes, rue du Cheval Blanc, 4, : lecture faite du présent acte, le déclarant et les témoins l’ont signé avec nous.
Signatures
(Casimir) E(mile) Gross Emile Dechaune Boullier ?
E. Hochwyler
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 4/7/2004 à 6:10:24 PM
                Doc : gross_emile_1881_322.jpg

                  gross_emile_1881_322.jpg
          Registry officer IND : BOULLIER Eugène
          Family's friend IND : DECHAUNE Emile
          Family's friend IND : HOCHWYLER Edouard
          Father IND : GROSS Casimir Emile Arsène (16)
    Profession : Employé à Paris (Rue Levin)
          Date : 1906 (25 ans)
    Décès :
          Date : 31 mai 1918 (37 ans)
          Lieu : Croix-sur-Ourcq (La) Aisne France - 02210,Picardie
                Note :
Code INSEE 02241
Latitude N49.166667
Longitude E3.35
          Note :
Possiblement MPLF
Soldat
18ème bataillon de chasseurs
Matricule 9990 au corps, classe 1900, 986 au recrutement Seine
Mort pour la France le 31 mai 1918 à Lacroix (Aisne), disparu
Né le 26 mai 1880 à Troyes, département de l'Aisne (!)
Source Mémoire des hommes
Pas sur de "La croix"
          Multimedia associé : :
                Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
                Titre : Image enregistrée le : 4/8/2004 à 10:35:36 AM
                Doc : gross_emile_1881_352.jpg

                  gross_emile_1881_352.jpg
    Note :
Filiation Enfant légitime
    Multimedia associé : :
          Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
          Titre : Image enregistrée le : 7/20/2004 à 4:46:38 PM
          Doc : gross_emile_1881_471.jpg

            gross_emile_1881_471.jpg
    Multimedia associé : :
          Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
          Titre : Image enregistrée le : 7/20/2004 à 1:47:03 PM
          Doc : gross_emile_1881_470.jpg

            gross_emile_1881_470.jpg
    Multimedia associé : :
          Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
          Titre : Image enregistrée le : 7/22/2004 à 12:46:04 PM
          Doc : gross_emile_1881_486.jpg

            gross_emile_1881_486.jpg
    Multimedia associé : :
          Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
          Titre : Image enregistrée le : 7/22/2004 à 12:48:27 PM
          Doc : gross_emile_1881_487.jpg

            gross_emile_1881_487.jpg
    Multimedia associé : :
          Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
          Titre : Image enregistrée le : 7/21/2004 à 9:28:07 PM
          Doc : gross_emile_1881_482.jpg

            gross_emile_1881_482.jpg
    Multimedia associé : :
          Nom donné à un format dans lequel des informations peuvent être transcrites : jpg
          Titre : Image enregistrée le : 4/1/2004 à 11:11:50 AM
          Doc : gross_emile_1881_159.jpg

            gross_emile_1881_159.jpg
    Note :
1) Témoin à la naissance de Armand Emile Georges GROSS
2) 18ème Bataillon de Chasseurs à pied
Casernement en 1914 : Longuyon 87e Brigade d'infanterie; 4e Division d'infanterie; 2e Corps d'Armée
A la 4e DI d’août 1914 à nov. 1918
1914 Opérations des 3e et 4e Armées et du corps de Cavalerie Sordet : Spincourt , Mangiennes (20 août) , Belle-Fontaine
Bataille de la Marne (5 au 13 septembre) : Sermaize , Maurupt le Montois
Combats à l'ouest de l'Argonne (14-17 septembre)
1915 Champagne : Fortin de Beauséjour (16 –23 fév.) , Côte 196 (début mars)
Opérations d'avril en Woëvre (4-10 avril)
Bataille de Champagne: Tahure (30-31 octobre), Cote 193 (13 novembre)
1916 Bataille de Verdun : bois de Vaux Chapitre , Fleury , Douaumont (15-27 avril)
Bataille de la Somme : Berny en Santerre (17 septembre)
1917 Offensive de l'Aisne Cote 108
1918 Le Chemin des Dames Offensive de la Marne, Forêt de Riez, Bois Meunière, Arcis-le-Ponsart, L'Ardre Offensive de Champagne, Liry, Croix-Saint-Gilles
Source http://perso.wanadoo.fr/chtimiste/
3) L’offensive dans l’Aisne
les Allemands visent La Marne (27 mai au 1 juin 1918)
Le chemin des Dames
Pourquoi les Allemands sont passés à l’offensive en 1918 ?
Cette offensive fait suite aux offensives allemandes dans la Somme et en Flandres en avril
Malgré ses nouvelles tentatives contre Amiens, Ludendorff avait bien renoncé, dès le début d'avril, à l'espoir de percer notre front de ce coté.
Un ordre de la XVIIIe Armée, trouvé sur un prisonnier, prescrivait de désigner les opérations dirigées contre Amiens, antérieurement au 6 avril, sous le nom de « bataille de rupture », et celles postérieures à cette date sous le nom de « combats del'Avre et de la région de Montdidier-Noyon »
Insignifiant détail, mais qui revêt une sérieuse importance quand il s'agit de gens aussi méthodiques que les Allemands.
Cette importance parut telle que Foch, après avoir cru, un instant, à une offensive décisive sur Calais et sur les ports de la Manche, offensive qui, poussée à fond, eût encore pu nous être funeste, puis voyant les affaires tourner en longueur de ce coté, ne leur prêta bientôt plus qu'une attention de convenance et ne se laissa arracher des renforts pour ces régions que sur les instances pressantes et réitérées du maréchal Haig, dont il fallait a tout prix soutenir la confiance.
Par intuition et par raisonnement, Foch eut été certainement plus disposé à faire droit aux réclamations de Pétain qui, le 6 mai, lui montrait l'Armée française à l'extrême limite de ses efforts et en situation difficile avec des effectifs aussi restreints, répartis sur un front aussi étendu.
Les forces allemandes
En fait, depuis le début d'avril, Ludendorff vidait la poche d'Amiens.
A cette date, Hutier disposait encore de 27 divisions; au début de mai, il n'en avait plus que 14.
En revanche, le front entre l'Oise et Reims, tenu par la VIIe Armée (von Boehm) depuis Chauny jusqu'à Berry au Bac, et par la Ie Armée (Fritz von Below) depuis Berry au Bac jusque vers Saint Souplet, en Champagne, était puissamment renforcé à partir du 19 mai.
En particulier, dans la région comprise entre Chauny et Berry-au-bac, face au Chemin des Dames, se trouvaient massées le 26 mai :
--entre Chauny et Leuilly, sur 20 kilomètres, 3 divisions en première ligne et 2 divisions en réserve.
--entre Leuilly et Berry au Bac, sur 45 kilomètres, devant le Chemin des dames, 15 divisions en première ligne, 7 divisions en deuxième ligne, 8 divisions en réserve.
--entre Berry-au-bac et Reims, sur 10 kilomètres, 5 divisions en première ligne, 1 division en deuxième ligne, 1 division en réserve.
Soit un total de 42 divisions sur un front de 75 kilomètres, et, en particulier, 30 divisions sur le front de 45 kilomètres correspondant au Chemin des Dames.
C'est sur ce terrain une division pour 1500 mètres, ou en moyenne 5 combattants par mètre courant.
Il y aura en outre 2 batteries de 77 d'accompagnement par 100 mètres de front d'attaque ; et, dans l'ensemble du secteur, 180 batteries de contre-batterie, destinées à annihiler l'artillerie française.
Tout ce matériel, qui comprend un nombre important de pièces à longue portée, est en place depuis très longtemps, ce qui facilitera grandement l'effet de surprise sur lequel l'ennemi compte.
L’entente
De notre côté, il y a l'Armée Duchêne (6e Armée) étalée sur un front d'environ 90 kilomètres.
Ce sont :
--le 30e Corps (55e, 19e, 151e divisions, 2e division de cavalerie à pied), depuis l'Oise jusqu'à la voie ferrée Soissons Laon;
--le 11e Corps (61e, 21e et 22e divisions), de cette voie ferrée au bois de Vauclerc;
--le 9e Corps britannique (5e, 8e et 21e divisions), du bois de Vauclerc à Reims, ayant à sa droite la 45e division française.
Derrière le front, se trouvaient disponibles les 13e, 39e, 74e, 157e divisions et la 4e division de cavalerie a pied.
Plusieurs de ces unités sont très fatiguées et ont été placées dans ce secteur calme pour se refaire.
La 22e division, la 39e et la 2e division de cavalerie à pied, la 45e division ont été fort éprouvées fin mars; la 151e division vient de subir de grosses pertes a Coucy le château, les 6, 7 et 8 avril ; quant aux divisions britanniques, elles se sont battues trois fois depuis deux mois, ont perdu la moitié de leur effectif et sont à bout de souffle. Enfin 4 divisions, dites fraîches parce qu'elles n'ont pas assisté à de violents combats, sont en secteur depuis cinq ou six mois, et auraient,elles aussi, grand besoin de repos.
Au total, c'est 16 divisions plus ou moins fatiguées ou réduites que les Alliés ont ici, en face des 42 divisions allemandes, parmi lesquelles figurent le Corps alpin, 4 divisions de la Garde et la division de Brandebourg.

Le terrain

La position, il est vrai, est formidable. Elle est trop connue pour qu'il soit nécessaire de la décrire à nouveau. C'est l'énorme massif qui s'élève entre l'Ailette et l'Aisne. L'Ailette forme le fossé, et la forteresse est constituée par un terrain abrupt que barrent des précipices, et où des creutes immenses permettent de soustraire les troupes de soutien au feu de la plus puissante artillerie.
La première position de défense, comprenant une ligne avancée, une ligne principale de défense, une ligne de soutien et une ligne de réduits, est placée au pied des pentes, immédiatement derrière l'Ailette.
A 6 kilomètres en arrière se trouve une position intermédiaire, ligne de tranchées qui court à contre-pente, au delà de la crête, abritée par conséquent de l'artillerie et parallèle au Chemin des Dames.
Au sud de l'Aisne, qui forme un deuxième et puissant obstacle, une deuxième position est organisée, au pied de laquelle toute attaque victorieuse par surprise, de la première position viendra s'écraser.
Malheureusement, pour garder cette région vraiment inexpugnable, les moyens en hommes et en matériel sont tout à fait insuffisants.
Chaque Corps de l'Armée Duchêne tient un secteur d'une trentaine de kilomètres.
La 22e division, reconstituée après les combats de la Somme, est devant Craonne, en liaison avec le 9e Corps britannique qui couvre Berry-au-bac et Reims.
Elle est étalée, avec ses dix mille combattants, sur un front de 14 kilomètres.
A sa gauche, la 21e division, en secteur depuis longtemps elle aussi, garde 11 kilomètres
Ces divisions occupent la première position de défense avec la presque totalité de leurs forces, et la position intermédiaire au moyen de simples garnisons de sûreté, appuyées par quelques compagnies de mitrailleuses.
Or, étant donné l'étendue du front, la première ligne elle-même n'est pas occupée d'une manière uniforme; elle est simplement tenue par des groupes de sections et de demi-sections installés dans des réduits encerclés de réseaux de fils de fer, échelonnés en profondeur, et se flanquant à des distances variables, quelquefois assez considérables.
Les défenseurs de ces îlots sont pourvus d'armes automatiques et de grenades; mais, vu les intervalles qui séparent les îlots fortifiés, il est évident que la prise d'un seul de ces réduits creusera dans la ligne une brèche difficile à aveugler.
L'artillerie des divisions de première ligne est installée près de la position intermédiaire. Quant à la deuxième position, elle doit être défendue par les divisions qui se trouvent au repos derrière le front, dans la région de Soissons.
Le Haut Commandement n'ignorait pas cette situation, dont la responsabilité ne lui incombait pas. Il savait bien que, pour soutenir le front britannique qui cédait, il avait été obligé de dégarnir tout le front français.
Pour protéger efficacement les directions vitales entre toutes qu'étaient celles de Paris et des ports de la Manche, il avait du masser de ce coté la majeure partie de ses réserves.
La Champagne, la Lorraine, l'Alsace étaient tout aussi menacées que le Chemin des Dames et aussi peu garnies de défenseurs.
Le Chemin des Dames avait au moins l'avantage d'offrir à la défense de magnifiques positions, susceptibles de faire hésiter l'ennemi.
Foch savait donc qu'il devait faire la part du feu, et qu'en attendant les renforts américains son immense ligne n'était nullement capable de résister partout aux moyens formidables que l'ennemi avait la possibilité d'accumuler devant l'un quelconque de ses secteurs.
Son vaste front devait résister, plier, se rompre même par endroits, mais il pensait bien qu'à force d'activité le flot finirait toujours par être maîtrisé, comme devant Amiens, et qu'on se trouverait, au pis aller, en présence d'une nouvelle pochecomparable à celle de Montdidier.
La préparation
Du reste, tout annonçait une bataille imminente; depuis le début de mai, les indices se multipliaient de la préparation d'un suprême effort.
Les transports de Russie continuaient, très intensifs; la presque totalité de l'artillerie allemande était maintenant en secteur sur notre front et, avec elle, une partie de l'artillerie autrichienne.
Ypres, Calais, Amiens, Compiègne, Chalons paraissaient plus particulièrement menacés.
Devant le Chemin des Dames, au contraire, le calme demeurait profond ; et c'est surtout dans le secret de la préparation de l'attaque que réside le principal mérite de cette opération pour le Haut Commandement Allemand.
Pour assurer ce secret, l'es précautions les plus minutieuses ont été prises, suivant les principes déjà mis en pratique lors de l'offensive du 21 mars. Six divisions seulement ont été transportées par voie ferrée; les vingt autres ont gagné leur zone de combat par une série de marches de nuit.
Pendant le jour, dès 4 heures du matin, aucune colonne ne circulait; tout le monde était abrité, et les rues des cantonnements étaient tenues désertes. Les itinéraires étaient calculés de manière à éviter que deux régiments de brigades différentes pussent se croiser; chaque unité restait dans l'ignorance des mouvements généraux.
De même les cantonnements étaient rigoureusement consignés aux militaires des unités voisines; jamais une même localité n'abritait des éléments appartenant à deux divisions différentes.
Les mouvements d'artillerie furent l'objet d'une attention particulière. Tout bruit était évité dans le voisinage des secteurs d'attaque; et, dans les batteries qui prenaient leurs positions, les roues des voitures étaient matelassées, les sabots des chevaux enveloppés de chiffons, les organes des pièces habillés de manière à éviter tout cliquetis métallique.
Et c'est ainsi que le 26 mai au soir tout le dispositif était à pied d’œuvre devant nos positions du Chemin des Dames : dix divisions en face de notre 22e ; six divisions en face de la 21e ; cinq divisions devant la 61e.
Pourtant, malgré ces minutieuses précautions, la préparation, commencée le 1 mai, était déjà éventée depuis le 23.
Comme au temps de Verdun, des déserteurs étaient passés dans nos lignes, et le général de Maud'huy, commandant le 11e Corps, savait d’une manière précise, le 26 à midi, que le Chemin des Dames serait attaqué la nuit suivante, à 3 heures du matin.
La seule surprise fut donc, en définitive, dans les moyens formidables dont disposait l’assaillant ; à celle-là, l’état de nos propres moyens ne permettait pas de répondre.
L’attaque
Donc, le 26 mai, à 17 heures, le général Duchêne alerte la 6e Armée. A 19 heures, les dispositions de combat sont prises partout. A partir de 20 heures, l’artillerie des divisions, renforcée par tous les moyens disponibles, exécute les tirs de harcèlement et d’interdiction prévus par le plan de défense; elle inonde de projectiles les voies d’accès et les points de passage obligatoires de l’arrière ennemi.
A la nuit tombante, des détachements allemands cherchent à jeter des ponts sur l’Ailette. Pris immédiatement à partie par nos mitrailleuses, ils doivent renoncer à leur projet.
En même temps, le général Duchêne fait occuper la deuxième position, au sud de l'Aisne, par la 157e division.
Le 27 mai, à 1 heure du matin, l’artillerie allemande déclenche un tir d'une extrême violence sur tout le terrain compris entre nos premières lignes et nos batteries, en même temps que son artillerie lourde exécute un tir d’interdiction très puissant sur nos arrières.
Quatre mille pièces de tous calibres hurlent en même temps, devant lesquelles les 1030 canons, que nous avons pu à grand peine réunir, se révèlent bientôt insuffisants, malgré l’héroïsme du personnel.
L'air est empesté de gaz toxiques ; l’ennemi fait surtout usage d’obus à ypérite. Nos batteries sont annihilées; les petits réduits de la première ligne sont écrasés et nivelés; les mitrailleuses sont détruites.
A 3h30, la fumée s'est à peine dissipée que les défenseurs survivants, hébétés, voient surgir dans le demi-jour l’infanterie allemande. Dès le commencement de la préparation d’artillerie, les régiments de première ligne de l’attaque s’étaient en effet massés en avant de leurs tranchées, avaient franchi l’Ailette au moyen de passerelles de fortune, et étaient venus se rassembler tout près de nos réseaux, dans lesquels, à l’abri du feu de leurs canons, ils s’étaient hâtés de pratiquer des brèches à la cisaille.
Chacun d’eux était accompagné d’une compagnie de lance-flammes, d’un renfort de mitrailleuses et d’une batterie d’artillerie.
C’est une marée qui submerge tout.
Cette masse se précipite en avant, sans se préoccuper des intervalles qui doivent être pris en progressant dans les organisations françaises ; elle se subdivise en des milliers de petites colonnes qui s’infiltrent par tous les cheminements, glissent partout des mitrailleuses, et, suivant de très près un formidable barrage roulant, tirent en marchant....
Quelques îlots, non détruits par le canon, opposent une résistance désespérée.
Les braves qui les occupent ne songent guère à se rendre ; ils avertissent comme ils peuvent les camarades en arrière par la T. S. F., par les pigeons voyageurs; et ils restent là, à se faire tuer sur place.
Pas un homme du bataillon Chevalier, du 64e régiment infanterie, n’est revenu de cet enfer.
Nos bataillons de soutien, coiffés démasques, contre attaquent vigoureusement, poussant jusqu’aux dernières limites l’esprit de sacrifice.
Vers 8 heures du matin, les 21e et 22e divisions, dont les premières positions sont submergées et dont les réserves sont engagées dans des contre attaques furieuses, n’existent plus.
Pêle-mêle avec leurs faibles débris, l’ennemi a gagné le Chemin des Dames. Le terrain est cependant disputé pied à pied. Les généraux Dauvin et Renouard, commandant les 21e et 22e divisions, se multiplient et demeurent bientôt seuls à diriger leursbataillons disloqués et décimés.
Les débris des régiments combattent, mélangés sur une seule ligne : à la 21e division, le 64e RI, le 93e RI, le 137e RI ; à la 22e, le 19e RI, le 62e RI, le 118e RI, rivalisent d’héroïsme.
Cinq colonels sur six ont été ensevelis dans leur poste de commandement ; tous les chefs de bataillon de la 22e division sont tombés....
Dès 5 heures du matin, le général de Galembert, commandant la 157e division, dont la mission était de défendre la deuxième position, reçoit l’ordre d’envoyer 4 bataillons au nord de l’Aisne, pour appuyer la 22 division.
A peine ces 4 bataillons ont-ils franchi la rivière qu’ils tombent sous un feu violent d’infanterie et de mitrailleuses, de la part d'un ennemi qui occupe déjà le Chemin des Dames.
Un désordre momentané se produit; puis ces bataillons se déploient et, bravement, la baïonnette haute, se portent au devant des Allemands. Mais, engagées de la sorte, nos sections échappent déjà à toute direction.
Elles sont englobées dans la retraite des faibles éléments restant des 21e et 22e divisions, et balayées avec eux sur l’Aisne par les masses ennemies.
Il ne restait plus à la garde de la deuxième position et des ponts de l’Aisne que 4 bataillons de la 157e division (un bataillon du 214e, un bataillon du 233e et deux bataillons du 252e).
Ils font bonne contenance; mais, vers 10 heures du matin, le 9e Corps britannique ayant été refoulé à droite, leur ligne est prise à revers par Villersen-Prayères.
Le Corps allemand de Vichura progresse aussi vers Vailly ; et de Pontavert à Reims, toute la ligne est enlevée, comme le Chemin des Dames.
La VIe division de réserve bavaroise, les Vet VIe divisions .ont débordé la forêt de Pinon en s’infiltrant par les ravins de Vauxaillon et de Chavignon, et elles sont parvenues à arracher le massif de Laffaux à la 61e division.
A 11 heures du matin, 12 divisions allemandes bordent l’Aisne depuis Chavonne jusqu'à Berry au Bac et Reims, et le XVe Corps refoule les divisions britanniques.
Vers midi, l’Aisne est franchie pêle-mêle par les divisions allemandes et par les débris de notre 11e Corps.
Les positions de la deuxième ligne, trop faiblement gardées, sont encerclées et submergées; et le soir, à 20 heures, les Allemands ont atteint la ligne Vauxaillon, Vrégny, Braine, Bazoches, Fismes.
Sur un front de 30 kilomètres, ils ont creusé une poche d’une vingtaine de kilomètres, franchi l’ailette et l’Aisne, et ils bordent la Vesle après avoir annihilé nos divisions de première ligne.
De la 22e division, peu d’hommes ont échappé: à peine la valeur de deux compagnies reconstituées au moyen de permissionnaires rentrés le soir, de quelques prisonniers évadés et des hommes des convois.
La 21e division a perdu 160 officiers et 6.000 hommes.
De la 157e division, il reste 1200 hommes; de la 61e à peine 800.
Les débris des 214e, 252e, 333e, 219e, 264e, 265e, 64e, 93e, 137e, 19e, 62e, 118e régiments d’infanterie auxquels se sont joints quelques artilleurs des 35e, 236e et 251e régiments de campagne, continuent d’ailleurs à faire tête à l’ennemi et se battent héroïquement, disputant le terrain pied à pied, bien que les batteries, dont presque tout le personnel a été asphyxié, soient tombées aux mains de l’ennemi.
La nuit n’arrête pas la poursuite. Grâce à leur nombre, les Allemands manœuvrent de façon à séparer complètement le 9e Corps britannique de la 22e division. Heureusement, les auto-canons et les auto-mitrailleuses du 1e Corps de cavalerie accourent de Fismes et réussissent momentanément à aveugler cette redoutable brèche.
Le 28 mai, à 1 heure du matin, la X'e division allemande franchit la Vesle près de Bazoches et pousse vers les bois de Dôle.
La Ve division de la Garde franchit la rivière à l’est de Fismes, et marche sur Courville.
Débordés sur leurs deux flancs, attaqués de. front par deux divisions, les défenseurs de Fismes se replient vers deux heures du matin.
A midi, toute la ligne de la Vesle est perdue; et les Allemands, à qui nous ne pouvons pas encore opposer des forces suffisantes, progressent lentement au sud de la rivière, faisant surtout porter leurs efforts sur les ailes, pour agrandir la trouée.
Vaines tentatives, car si nous abandonnons à gauche le plateau de Crouy, les deux pivots de Soissons et de Reims tiennent bon; ce jour-là, l’avance ennemie n’est que de 5 ou 6 kilomètres.
Cependant, devant la rupture inattendue et trop facile de notre première ligne, le Haut Commandement allemand a pris la décision de transformer en une attaque à fond cette opération qui ne devait être d’abord qu’une démonstration.
Déjà la plupart des divisions, considérant comme atteint l’objectif qui leur avait été assigné, commençaient, le 28 au soir, à s’organiser sur les positions conquises; mais un ordre de Ludendorff' leur parvient : « Le combat, dit le Quartier MaîtreGénéral, prend désormais le caractère de la guerre de mouvement : poursuite de l’ennemi, rapide, ininterrompue. Ne laisser aucun répit à l’ennemi, même pendant la nuit. Ne pas s’attendre les uns les autres. »
L’empereur, le Kronprinz, Hindenburg, Ludendorff sont accourus. Eblouis par l’étendue de cette victoire qu’ils n’osaient espérer, ils croient la France à terre. ils sonnent l-hallali.
Ils le sonnent plus discrètement que l'offensive du 21 mars, il est vrai, de crainte de quelque nouvelle désillusion.
Ils indiquent bien à la presse l’importance militaire de la chute du Chemin des Dames, et l’importance morale d-une défaite infligée à la seule Armée française, à cette Armée que l’on s’était habitué à considérer comme le plus solide rempart de l’entente.
Ils célèbrent la prestigieuse habileté du Haut Commandement qui a su percer le centre de Foch, tandis que les réserves alliées avaient été savamment attirées ailleurs.
Ils signalent le prodige qu'a été ce formidable déplacement de forces, dans le secret le plus profond... mais c'est tout.
Plus de folles utopies, plus de promesses d'une rupture définitive du front. Ils ont enfin compris que ce n'est pas une victoire locale, si complète qu'elle puisse être, qui abattra jamais la constance française.
Paris, que les avions visitent presque toutes les nuits, dont les obus de la « Bertha» éventrent toutes les deux ou trois heures quelque maison ou quelque église, paraît, non pas insensible, mais résolu à braver fous les dangers, et à les braver à la française : en riant. De tout cœur, chaque Français a fait sienne la fière déclaration lancée par Clemenceau à la tribune de la Chambre, au milieu des acclamations :
« Nous remporterons la victoire si les pouvoirs publics sont à la hauteur de leur tâche. Je me bats devant Paris; je me bats à Paris ; je me bats derrière Paris. »
Et pour expliquer son imperturbable optimisme, le Président a montré les transports américains déchargeant activement dans nos ports leur magnifique apport d'énergie.
Il y a déjà en France plus de 600.000 jeunes gens du Nouveau Monde.
Toute la 1e Armée américaine, forte de 5 divisions, est même en secteur. Elle est commandée par le général Ligget, dont le quartier général est à Neufchâteau. Six divisions de la 2e Armée sont dans les centres d'instruction, ainsi que trois divisions de la 3e Armée.
Foch reste calme, comme à son habitude, au milieu de la tempête. Il sait que l'ennemi sera arrêté dès que les réserves auront pu être amenées à pied d’œuvre, et il a pris les mesures nécessaires pour que ces réserves arrivent au plus vite. Il avaitconsidéré tout d'abord l'attaque du Chemin des Dames pour ce qu'elle était : une puissante démonstration.
Mais dans la nuit du 28 au 29, c'est-à-dire à peine quelques heures après le changement de décision du Haut Commandement allemand, devant les progrès réalisés par l'ennemi, il avisait le maréchal Haig de la nécessité où il allait se trouver de retirer quelques divisions françaises du front britannique.
Il prescrivait en même temps au général Maistre de rapprocher des quais d'embarquement les 4 divisions de la 10e Armée ; il envoyait à Montmort le général Micheler, avec l'Etat – Major de la 5eArmée, qu'il mettait à la disposition du général Franchet d'Espérey, commandant le G. A. N., pour y prendre le commandement d'un groupe de 6 divisions destinées à tenir solidement la Montagne de Reims; il appelait enfin sur la Marne la division américaine de la réserve générale.
Quant à Pétain, faisant sagement la part du feu, il avait déjà ordonné l'organisation d'une ligne de résistance jalonnée par la Crise, les hauteurs du Grand-Rozoy, Arcy-Sainte-Restitue et les mamelons du Tardenois, sur laquelle le 1e Corps d'Armée à gauche et le 210 Corps à droite devaient recueillir et encadrer les 30e et 11e Corps disloqués.
Le 29 mai au matin, les Allemands poursuivent leur offensive avec une nouvelle vigueur.
On se bat dans Soissons. Micheler, accouru à Cumières, improvise un front entre Arcy-le-Ponsard et Prunay, et arrête net l'ennemi devant les faubourgs de Reims. Le brave de Maud'huy dispute âprement les abords de la forêt de Villers Cotterets avec les débris du 11e Corps.
Le soir, s'ils tenaient à peu près Soissons en flammes, les Allemands avaient surtout progressé vers le Sud, ayant enlevé Fère en Tardenois, franchi l'Ourcq et poussé leurs masses jusqu'à 5 kilomètres de la Marne.
Heureusement les charnières tiennent bon ; autant les hauteurs de Chaudun que les abords de Reims; et la poche prend l'aspect d'un triangle dont la pointe s'allonge vers Jaulgonne.
Décidément, le danger est maintenant sur la Marne, et non ailleurs. Foch avertit Sir Douglas qu'il va appeler la 10e Armée dans la forêt de Villers-Cotterets; qu'il aura recours aussi, peut être, aux disponibilités britanniques; qu'en tout cas, l'Armée Debeney va être affaiblie et aura besoin d'être étayée par l'Armée anglaise.
En revanche, le Généralissime prescrit à l'Armée belge de prendre à son compte une partie du front britannique, et de s'étendre. jusqu'à Ypres.
Ces mesures ne pouvaient pas être prises plus tôt : le 27, la 2 Armée britannique et notre G.A.N. avaient encore été violemment attaqués après une puissante préparation d'artillerie qui faisait présager une opération de grand style.
Même le front avait fléchi, et la ligne n'avait réussi à s'accrocher que le soir à KruitstraatHoek et, par l'Eclusette, à l'extrémité nord de l'étang de Dickebush en Flandres
Le 30 mai, deux nouvelles divisions allemandes viennent renforcer les colonnes qui poussent vers la Marne: la 103e et la 231e.
Le général commandant cette dernière division a donné à ses bataillons l'ordre formel d'atteindre la rivière :
« C'est une question d'honneur pour nous, a-t-il écrit le 29, d'atteindre la Marne demain. »
La Marne !.. Rivière au nom magique dont les flots calmes roulent tant de souvenirs ..
Effectivement, la 231e division atteint la Marne ce jour-là, à 14 heures, entre Brasles et Mont-Saint-Père.
La 28e division l'atteint à 18 heures à Jaulgonne, mais les ponts sont détruits.
A l'ouest, la progression est plus lente. Les trois divisions du Corps Winkler s'emparent bien de Vierzy et d'Oulchy le Château, mais leurs pertes sont sensibles. A l'est, le Corps Schmettow et la Ie Armée de Fritz von Below sont complètement arrêtés devant Verneuil et Ville en Tardenois, et ne peuvent forcer la résistance des défenseurs de Reims.
Le 31 mai, Ludendorff appelle de nouvelles divisions. Il intensifie son effort à l'est et à l'ouest pour élargir la poche trop étroite sur la Marne.
La 28e division de réserve vient renforcer la 1e division de la Garde de vers Longpont, et la 232e division accourt vers ChâteauThierry.
De Maud'huy contre attaque héroïquement sur Chaudui et reprend cette localité à l'ennemi.
Robillot enraye la poussée des Allemands qui, maîtres de Neuilly Saint Front, s'infiltraient dans la vallée de l'Ourcq.
Cette lutte acharnée absorbe les disponibilités allemandes.
Ludendorff ne peut plus disposer maintenant que de six divisions, sans dégarnir les autres secteurs. Un nouveau Conseil de guerre, tenu ce jour-là à Fismes sous la présidence de l'Empereur, décide que ces six divisions seront lancées dans la fournaise.
Le 1e juin, un ordre laconique est lu aux troupes:
« Sur le désir de Sa Majesté l'Empereur et de Son Excellence le maréchal Hindenburg, l'offensive sera continuée... »
Suivre l’historique du 99e régiment d'infanterie qui a participé à cette bataille et qui défendit Reims
Seulement, ce n'est pas au sud de la Marne que va se poursuivre l'effort.
Cette rivière sera au contraire pour l'Armée impériale une excellente couverture contre une offensive venant du sud. On créera simplement entre Château-Thierry et Dormans une tête de pont sur la rive gauche, pour faciliter une progression ultérieure, et on agira vigoureusement aux deux ailes : a l’est contre Reims ; à l'ouest contre le massif forestier Compiègne, Villers-Cotterêts.
L'attaque de ce dernier massif nécessitera deux opérations simultanées : l'une partant de l'est contre Villers-Cotterêts, l'autre partant du nord contre Compiègne, afin d'encercler les forces françaises, évidemment massées là, ou de les obliger à la retraite...
Ce sera l’offensive vers Compiègne ; 1 au 12 juin 1918
Source http://perso.wanadoo.fr/chtimiste/
    Préfixe ou titre : Monsieur

Page suivante

Retour à la page d'accueil

Ces pages ont été créées par Oxy-gen version 1.37u, le 25/01/2009.

Free counter and web stats