"Comment fut réalisé SOUS LE MANTEAU, film clandestin"

 Retour à la page principale

 

 

"La curiosité - disait La Bruyère -n'est pas un gout pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare, unique pour ce qu'on a et que les autres n'ont point ».

Cette curiosité, vous la satisferez en voyant « SOUS LE MANTEAU ». Ce film n'est ni bon ni beau; il est mieux que bon et beau; on ne peut pas dire qu'il soit rare, il est unique.

La souffrance des prisonniers, une histoire vieille comme le monde.

Leur vie, deux millions de Français l'ont, en 1945, racontée a leurs familles.

Des croquis faits par leurs mains, il en pullule.

Même des photographies...

Mais un film, un film tourné au nez et la barbe des gardiens, un film tourné « sous le manteau » du captif qui risquait des représailles cruelles dans cette folle entreprise, voila le fait prodigieux, sensationnel, unique dans l'histoire du cinéma, unique dans les annales de la grande captivité de la France entre 1940 ct 1945.

Circonstance aggravante, les cinéastes étaient des officiers. On connait la différence de traitement des captifs officiers et hommes de troupe. Le soldat vivait dans un kommando industriel ou agricole, ce qui offrait a son horizon d'esclave une relative liberté. Encercle dans ses barbelés, l'officier ne sortait pas de son camp : il ne voyait que ses baraques, ses geôliers, ses miradors, une échappée de campagne au delà des griffes de fer qui l'étreignaient. Les Allemands se méfiaient de lui comme de la peste, les Allemands le surveillaient avec une rigueur qui allait jusqu'a briser les cigarettes reçues dans les colis, afin d'y découvrir quelque machination de la vieille fierté gauloise. Faire venir un appareil de prises de vues dans ces conditions, lui adjoindre des films, dissimuler ceux-ci une fois tournés, il n'y a pas de mot qui caractérise une telle audace, une telle ingéniosité, un tel courage."

 

Extrait de "Comment fut réalisé SOUS LE MANTEAU", un livre de Robert CHRISTOPHE, ancien prisonnier à l'OFLAG XVIIA, publié aux éditions OPTA - Paris 1949

 

 

 Retour à la page principale